Le militantisme féministe des années 2000 au sein de l’appareil d’État en Corée du Sud - Université Paris Cité Access content directly
Conference Papers Year : 2023

Le militantisme féministe des années 2000 au sein de l’appareil d’État en Corée du Sud

Abstract

Les années 2000 en Corée du Sud sont marquées par l’institutionnalisation accélérée de la cause des femmes notamment avec la création successive de deux instances : la Commission spéciale sur les femmes en 1998, puis le ministère de la Femme en 2001. La mise en place de ces instances inspirées de la démarche « gender mainstreaming » sous l’égide de la présidence de Kim Dae-jung, offrant un nouveau terrain de militantisme, les principales ONG féministes déploient une nouvelle stratégie de lutte à savoir l’ « 'empowerment' politique des femmes » (yŏsŏng’ŭi chŏngch’i kwŏllyŏkhwa/seryŏkhwa, 여성의 정치 권력화/세력화). Des militantes féministes s’intègrent ainsi au sein de l’État en tant que « bureaucrates », en faisant valoir leur capital militant et leurs compétences et au moyen de leurs réseaux. Ces militantes, désignées par le néologisme « fémocrate », contribuent alors non seulement à amender - en menant conjointement des mouvements réformistes avec des féministes à l’extérieur de l’État -, des lois emblématiques en faveur de l’égalité des sexes, mais aussi à abonnir les pratiques patriarcales ancrées dans l’administration publique et à développer des ONG féministes jusqu’alors écartées des politiques de genre, par l’octroi de subventions financières et de missions de service public. Le militantisme féministe au sein de l’appareil d’État concourt certes à la politisation de la question des femmes, et à l’ « empowerment » des ONG féministes cardinales qui occupent désormais une position dominante dans l’« espace de la cause des femmes », cependant, cela produit des effets inopinés : d’un côté, la bureaucratisation du militantisme sous l’emprise des logiques politiques et administratives, ce qui amène à remettre en cause le féminisme institutionnel ; de l’autre, l’institutionnalisation de ces ONG, à la suite de laquelle apparaissent progressivement de nouvelles formes de féminisme et de militantisme entraînant le fractionnement des féministes et des générations à l’intérieur du champ militant. Ainsi, l’« espace de la cause des femmes » à partir des années 2010 se restructure sans cesse sous les effets du « féminisme d’État » des années 2000, établissant de nouveaux rapports de pouvoir entre acteurs collectifs et entre acteurs et institutions. Retracer cette période qui marque un tournant crucial dans l’histoire des mouvements féministes sud-coréens revient en effet à saisir la dynamique de cet espace et les enjeux féministes qui traversent le temps. À ce titre, cette recherche souhaite examiner le militantisme féministe des années 2000 au sein de l’appareil d’État, à l’aide des témoignages d’une des premières « fémocrates » et de représentantes d’organisations féministes, et en explorant les archives de celles-ci. Il s’agit précisément d’étudier, d’une part, les conditions sociales et politiques permettant l’émergence de ce féminisme institutionnel et, d’autre part, la manière dont ces « fémocrates » se positionnent au sein de l’État, leurs formes de luttes et celles de coopération avec des acteurs collectifs.
No file

Dates and versions

hal-04350318 , version 1 (18-12-2023)

Licence

Copyright

Identifiers

  • HAL Id : hal-04350318 , version 1

Cite

Kyung-Mi Kim. Le militantisme féministe des années 2000 au sein de l’appareil d’État en Corée du Sud. « Espace de la cause des femmes » en Corée aux XXe et XXIe siècles : mouvance, enjeux et discours, Kyung Mi KIM; Yejin CHA, Dec 2023, Paris, France. ⟨hal-04350318⟩
55 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More