Placer le traducteur au cœur de la traductologie - Université Paris Cité Access content directly
Journal Articles Meta : journal des traducteurs Year : 2005

Placer le traducteur au cœur de la traductologie

Abstract

This paper has been written by a translation practitioner turned teacher and then researcher. Today, we have more and more translations without translators, while most translators are yielding more than mere translations: a choice has to be made. We think a proactive translatology should focus on the translators’ real-life problems and questions: the mechanisms of trust and confidence, clarity, how to deal with errors and knowledge differentials, the workings of images, translators’ responsibility. Translation is not pure, and it is not abstract. By accepting that, we should be able to distill some operating thoughts on the common structure and cross-fertilization of different fields. We thus consider two possible dialogues between translating, on the one hand, and terminology and narratology, on the other hand. Given his (her) familiarity with fringe spaces, the translator is well suited to explore the boundaries through which those fields communicate, an exploration that might seem trivial, but whose usefulness is practice-tested.
Cette communication est l’oeuvre d’un praticien devenu enseignant, puis chercheur. Parce qu’il existe des traductions sans traducteurs et que les traducteurs se limitent de moins en moins à la traduction, nous pensons qu’une traductologie proactive doit choisir entre ces deux pôles et, en l’occurrence, se construire autour des problèmes concrets rencontrés par les traducteurs : comment s’agencent, pour les praticiens, les questions de la confiance, des différentiels de savoir, de l’erreur, de la transparence des textes. En assumant l’impureté consubstantielle à cette profession, on parviendra ainsi à une réflexion opératoire sur la mise en cycle des savoirs, l’hybridation et le dialogue des disciplines. Nous explorons, exemples à l’appui, deux de ces dialogues possibles entre, d’une part, la traduction pragmatique et, d’une part, la terminologie et narratologie. Familier des espaces liminaires, le traducteur est ainsi idéalement placé pour se livrer à un ensemble de raisonnements aux limites, qui pourront à bon droit sembler simplistes, mais dont le caractère opératoire est attesté par une pratique.
No file

Dates and versions

hal-01222637 , version 1 (30-10-2015)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01222637 , version 1

Cite

Nicolas Froeliger. Placer le traducteur au cœur de la traductologie. Meta : journal des traducteurs, 2005, 50 (4). ⟨hal-01222637⟩
51 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More