Existe-t-il des affections psychosomatiques du cerveau ? - Université Paris Cité Access content directly
Journal Articles Recherches en psychanalyse Year : 2009

Are there any psychosomatic disorders of the brain?

Existe-t-il des affections psychosomatiques du cerveau ?

Abstract

Psychoanalysis, and especially Lacanian psychoanalysis, allows us to consider the psychic apparatus in relation to the symbolic category. Language and particularly the signifiers constituting it, differ from signs in that each signifier refers to another and not to any one object. In specific conditions this constitutive dimension of language can disappear and the signifier is thus reduced to sign. With psychotics the symbolic is deficient as this referential operation, particular to the category of signifier, is faulty because the child’s desire for (and for) the mother went unmediated by the function of the father as third party in the mother-child relationship. In schizophrenia (as well as other delirius forms of psychosis) under certain conditions the signifying function breaks down thus turning the schizophrenic’s world into one in which a number of events become enigmatic and signal him. The schizophrenic tries tο deal with these signs that besiege him either by an interpretative attitude, (a state that corresponds to Jaspers’ notion of delusional mood), or by apathy. These two types of responses correspond with the stereotypical (and mood) processesby which the schizophrenic attempts to avoid the distress provoked by the enigmatic desire of the Other, while simultaneously corresponding with psychosomatic processes of the brain organ. Robert Post’s neurobiological notion of kindling, David Hemsley’s mismatching of stimuli and Jaak Pansepp’s seeking system all contribute to enhancing our comprehension of the psychosomatic process operating in the schizophrenic.
La psychanalyse – et surtout la psychanalyse lacanienne – permet de penser l’appareil psychique en rapport avec la catégorie du symbolique. Le langage et surtout les signifiants qui le constituent se distinguent des signes du fait que chaque signifiant renvoie à un autre et non pas un objet quelconque. Dans des conditions spécifiques, cette dimension constitutive du langage peut s’éclipser et le signifiant peut se réduire au signe. Chez les psychotiques le symbolique est en carence car cette opération de renvoi, propre à la catégorie du signifiant, est défectueuse du fait que le désir de la mère est rest. pour l’enfant sans médiation par la fonction du père en tant que tiers de la relation mère-enfant. Dans la schizophrénie (et certaines psychoses délirantes en général) dans des conditions spécifiques, la fonction du signifiant tombe en panne et le monde du schizophrène devient ainsi un monde o. plusieurs événements sont énigmatiques et lui font signe. Le schizophrène essaie de pallier à ces signes qui l’envahissent, soit par une attitude interprétative tous azimuts, (qui correspond à la notion d’humeur délirante de Jaspers), soit par l’apathie. Ces deux versions d’attitude correspondent à des processus stéréotypés (et humoraux) par lesquels le schizophr.ne essaie d’éviter l’angoisse que l’énigme du désir de l’Autre lui pose, et - en même temps - à des processus psychosomatiques de l’organe cerveau. La notion neurobiologique de kindling de Robert Post, celle de mismaching des stimuli de David Hemsley, et celle de seeking system de Jaak Pansepp peuvent servir à la compréhension du processus psychosomatique qui se met en marche chez le schizophrène.
Fichier principal
Vignette du fichier
Existe- t-il des maladies psychosomatiques du cerveau.pdf (314.58 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-01431764 , version 1 (11-01-2017)

Identifiers

Cite

Georgios (Yorgos) Dimitriadis. Existe-t-il des affections psychosomatiques du cerveau ? . Recherches en psychanalyse, 2009, 2009/1 (7), ⟨10.3917/rep.007.0009⟩. ⟨hal-01431764⟩
110 View
293 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More