Archéologie, histoire et construction de la nation : le cas de la Grèce - Université Paris Cité Access content directly
Journal Articles Encyclo. Revue de l'école doctorale Sciences des Sociétés ED 624 Year : 2017

Archaeology, history and construction of the nation : the case of Greece

Archéologie, histoire et construction de la nation : le cas de la Grèce

Abstract

By studying the relationship between history and archeology during the period of the formation of the nation-state of modern Greece, this article focuses on the role that archaeological heritage has played in the construction of Greece’s national identity. While by definition a national narrative is supposed to provide the criteria for belonging to a nation, in the case of Greece the situation turns out to be more complex. This narrative went through two distinct phases. At first, it was adapted to the Enlightenment ideology and the ideal of Antiquity. Then it ended up rejecting the neoclassical movement in favor of the romantic approach and the hellenic-christian tradition. The first attempt to form the Greek national narrative invests on the notion of space using ancient heritage and Greek territory as the common denominator between ancient and modern periods while the second chooses to answer the question of the temporal continuity of Greek history by the recognition of its Byzantine heritage. The relationship between history and archeology, historiographical approaches and archaeological projects throughout this transition period, shows the synergy between
En étudiant la relation entre histoire et archéologie pendant la période de la formation de l’ État-Nation de la Grèce moderne, cet article s’intéresse au rôle que le patrimoine archéologique a joué dans la construction de l’identité nationale de la Grèce. Alors que, par définition, un récit national est censé fournir des critères d’appartenance à une nation, dans le cas de la Grèce la situation s’avère d’être plus complexe. En passant par deux phases distinctes, ce récit, qui dans un premier temps fut adapté à l’idéologie des Lumières et à l’idéal de l’Antiquité, a fini par rejeter le mouvement néoclassique au profit de l’approche romantique et de la tradition helléno-chrétienne. Si la première tentative de formation du récit national grec investit la notion de l’espace en utilisant l’héritage antique et le territoire grec comme dénominateur commun entre périodes ancienne et moderne, la deuxième choisit de répondre à la question de la continuité temporelle de l’histoire grecque par la reconnaissance de son héritage byzantin. La relation entre histoire et archéologie, entre approches historiographiques et projets archéologiques, tout au long de cette période de transition, montre la synergie entre les deux disciplines au profit de la construction de la nation grecque.
Fichier principal
Vignette du fichier
MICHAILIDOU.pdf (845.29 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-01728732 , version 1 (12-03-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01728732 , version 1

Cite

Paraskevi Michailidou. Archéologie, histoire et construction de la nation : le cas de la Grèce. Encyclo. Revue de l'école doctorale Sciences des Sociétés ED 624, 2017. ⟨hal-01728732⟩
333 View
693 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More