Les écoles françaises de linguistique anglaise (1967-1992) - Université Paris Cité Access content directly
Theses Year : 1997

The French schools of enunciative linguistics (1967-1992)

Les écoles françaises de linguistique anglaise (1967-1992)

Abstract

This study aims at defining the specificity and unity of theoretical approaches dedicated to the linguistic study of English developed in France in the last thirty years. It encompasses psychomecanics, as elaborated by Gustave Guillaume and André Joly, Antoine Culioli's enunciative model and Henri Adamczewski's metaoperational model. Those utterer-centered approaches rely on the concept of operation, which is the main concept analysed here. Those models belong to the same paradigm defined as the search for invariants modelised in terms of operation. After an epistemological introduction and a historical perspective, each theoretical model is presented, with a special emphasis on their central concepts. Afterwards, lexicology somehow accounts for the ambiguity of "operation" and "énonciation", which offers an introduction to the questionable concept of "énonciation" as opposed to its possible translations into English (utterance). The last part deals with the traces allegedly left by the enunciative operations in the uttering process. They have different morphological statuses and fall into several types of more or less materialistic representation. Those different conceptions can account for the conflict between "operators" and "markers", two names given to those traces.
Aux frontières de l'épistémologie (qu'est-ce qu'une école, une théorie, un paradigme?), de l'histoire de la linguistique (1967-1992) et de la philosophie (approche posant la question du concept, de la catégorie et des rapports langage/métalangage). Ce travail interroge les pratiques, l'objet (le "fait" de langue, la langue anglaise) et surtout les moyens (les concepts énonciatifs, en particulier l'opération, l'opérateur) utilisés par de nombreux linguistes français pour décrire la grammaire anglaise et, au-delà, le linguistique. L'importance du champ couvert justifie l'hétérogénéité du corpus (ouvrages théoriques, articles, manuels linguistiques, grammaires) et l'attention portée aux concepts. Cette étude s'articule en cinq grands chapitres. Le premier met en place les outils: l'épistémologie, les concepts utilises par la suite. Le deuxième chapitre trace la généalogie du paradigme énonciatif ainsi formulé : "recherche d'invariants dans le linéaire modélisés sous forme d’opérations à partir des traces laissées dans l'énoncé", étudiant la circulation des principaux concepts énonciatifs. Le troisième chapitre expose la théorie en vigueur dans chaque école, en éclairant la cohérence du dispositif à partir de la question du schème opératif, négociation théorique du rapport entre énoncé et opérations. Le quatrième chapitre est une analyse de type lexicologique des concepts (en particulier "énonciation" et "opération") et porte essentiellement sur les suffixes de nominalisation, et sur leurs rapports à la forme verbale dont ils sont dérivés. Le dernier chapitre met en perspective le paradigme énonciativiste, en interrogeant le concept de trace d'opération, pris entre "marqueur" et "operateur". Ceci replace ces écoles linguistiques de l'énonciation dans les problématiques de la linguistique générale contemporaine, notamment pour ce qui est de l'analyse de la catégorie.
Fichier principal
Vignette du fichier
Ballier1997thèse.pdf (114.93 Mo) Télécharger le fichier
Comment : Version originale du tapuscrit de thèse (coquilles comprises). Ce fichier image ne permet pas le copier-coller.

Dates and versions

tel-01277490 , version 1 (22-02-2016)

Identifiers

  • HAL Id : tel-01277490 , version 1

Cite

Nicolas Ballier. Les écoles françaises de linguistique anglaise (1967-1992) . Linguistique. Université de Paris X- Nanterre, 1997. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-01277490⟩
244 View
175 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More